Documents avec texte intégral

Références bibliographiques

Mots-clés

 

Bienvenue dans la collection des publications de l'Unité de Biologie Intégrative des Adaptations à l'Exercice

Présentation des activités

L'objectif de l'unité de Biologie Intégrative des Adaptations à l'Exercice est de définir les facteurs limitant de la consommation maximale d'oxygène cardiaque et musculaire en utilisant une approche physiologique et moléculaire et portant sur des modèles animaux et sur des travaux sur l'homme. La consommation maximale d'oxygène (VO2max) semble être un des facteurs prédictifs de la mortalité et de la morbidité, et son amélioration pourrait accroître le confort de la vie courante ainsi que les performances sportives courtes et d'endurance. Des mesures montrent que la consommation maximale d'oxygène peut être atteinte aussi bien dans des situations sportives nécessitant le développement de haute puissance (sprint) ou lors d'épreuves de type marathon ou bien même au cours de déplacements urbains. Le laboratoire travaille en collaboration avec les CHU sur la réponse cardiaque à l'exercice en fonction des pathologies.

Thèmes de recherche

L'objectif majeur de l'unité est d'examiner la possibilité d'augmenter la consommation maximale d'oxygène en mettant au point des protocoles d'exercice à puissance variable dans différentes échelles de temps et d'espaces prédéfinis ou stochastiques. La modélisation des caractéristiques de variation de puissance de l'exercice dans le temps, et des facteurs biologiques associés, est réalisée en collaboration avec l'école polytechnique, l'institut Mines-Telecom et l'ENSIIE. Les transformations, à court et moyen terme, métabolomiques, cellulaires et moléculaires des muscles squelettiques et cardiaques, sont analysées à l'aide de paramètres classiques ou innovants comme le suivi de microARN. La fonction régulatrice de ces microARN pourrait contribuer aux communications entre mitochondries et noyau, et participer à la synchronisation de fonctions vitales comme la production d'énergie ou bien l'apoptose. Les recherches visent ainsi à comprendre les mécanismes des éventuels effets stimulants de l'exercice sur la biogénèse mitochondriale et, à l'inverse, des effets délétères de myopathies animales (rhabdomyolyse récurrente à l'exercice, glycogénose chez le cheval ; dystrophie musculaire chez la souris mdx). Cette approche transdisciplinaire et translationnelle permettra de définir les nouvelles conditions de la locomotion humaine dans son espace et son temps de vie.

 

Derniers dépôts